• On peut aujourd'hui se faire de nombreux petits cadeaux, à soi ou aux autres, tout en préservant la planète. Il me semble que le choix est grand : recevoir un pot de miel à son nom en parrainant une ruche, acheter bio et faire vivre les producteurs locaux, ou encore faire planter des arbres en achetant un bijou...

    La plupart du temps, j'avoue avoir un moment d'hésitation qui se termine en "non tant pis" à cause du prix... En attendant d'avoir les moyens de vivre bio à 100% (si je les ai un jour..., mais si tout le monde achetait bio, le prix du bio baisserait non ?), je vais peut-être pratiquer la sobriété heureuse ("la modération de nos besoins et de nos désirs") si chère à Pierre Rabhi...

    Ceci dit, au fil de mes pérégrinations sur le net, ce merveilleux outil qui peut vous faire prendre conscience de tout ce qu'on pourrait faire pour rendre notre planète un peu plus agréable, j'ai trouvé un petit bracelet à 12euros. Grâce à cela, un arbre sera planté en Amazonie péruvienne !

    On trouve cela sur le site Treez. Les bracelets sont sympathiques, pas cher donc, le site Internet a l'air tout à fait sérieux. La page "nous améliorer" explique même ce qu'ils savent être contraire à l'écologie dans leur entreprise mais pour lequel ils n'ont pas encore de solutions...

    Bref, je me suis fait plaisir avec un petit bracelet, qui pourra aussi être un collier, un bracelet de cheville. La carte avec laquelle vient le bracelet ira probablement dans les jouets de ma fille, et certainement pas à la poubelle. Et en plus j'ai planté un arbre dans une zone où la déforestation commence à devenir très dangereuse... Et je peux me tenir informée sur l'espèce de l'arbre, voir où il sera planté... Bref ne pas m'arrêter en si bon chemin !

    photo du bracelet acheté sur le site Treez.fr

    On a beau être en plein mois d'août, vous pouvez déjà y penser pour vos cadeaux de Noël :-)


    votre commentaire
  • couverture du documentaire "J'éteins la lumière"par Onstage productionsOscar est un jeune homme de 20 ans qui cherche à travailler dans les métiers du service. Sa principale interrogation est de savoir si cela peut être conciliable avec la notion de développement durable.

    Je n'ai honnêtement pas appris grand chose dans ce documentaire, mais des piqûres de rappel (éteindre la lumière derrière soi, ne pas faire couler l'eau quand on se brosse les dents, conduire mieux pour polluer moins, trier ses déchets...) ne font jamais de mal.

    J'ai tout de même trouvé deux ou trois choses intéressantes à soulever.

    "Travailler mieux pour vivre mieux" nous dit Oscar. En effet, tout comme le travail est plus rentable si on se sent bien dans son entreprise/lieu de travail, se sentir également en adéquation avec les principes et les préceptes de l'entreprise donne également une satisfaction. J'en suis convaincue. J'ai fait mon mémoire de fin d'études sur le "marketing des ressources humaines" ou comment prouver que bien considérer ses employés est une source directe pour faire du profit. Si je devais écrire ce mémoire à nouveau aujourd'hui, j'ajouterai ce chapitre sur le développement durable, l'écologie et notre entourage immédiat à tous : notre planète. Ou comment prouver qu'avoir des valeurs liées à la protection de la planète, les appliquer et les faire appliquer dans toute l'entreprise, donne une sensation de bien être et de fierté à la fois aux employeurs, mais aussi aux employés, aux clients et à toutes les autres personnes avec qui l'entreprise interagit.

    Une autre idée que j'ai trouvé intéressante, et dont ce blog est la preuve vivante, c'est qu'aujourd'hui, grâce au web 2.0 on peut faire beaucoup de choses. On peut créer des communautés. On peut faire passer notre message au monde entier. Si mes articles étaient partagés sur facebook par tous mes amis et que tous leurs amis les partageaient à leur tour, etc. etc., on aurait en 6 fois fait le tour de la planète et tout le monde pourrait prendre conscience que faire sa part ne tient pas à grand chose, ne prend pas beaucoup de temps et d'argent, et que main dans la main, on peut vraiment faire avancer les choses.

    "Pas beaucoup d'argent" ? Vous êtes sûre ? Oui, et non. Financièrement, mon blog ne me coûte rien et ne m'apporte rien.

    Par contre, comme si bien dit dans ce documentaire, 99% des personnes préfèreront acheter une machine à laver 200 euros fabriquée en Chine (qui a donc parcouru le monde en avion et a contribué à polluer la planète avec tout le carburant utilisé par cet avion), plutôt que de payer 300 euros pour exactement la même machine à laver fabriquée en France. Avant ce blog, avant ce documentaire, avant cet article, j'aurai fait partie de ces 99% de personnes. Maintenant, je réfléchirais et ferais des calculs, pour voir si je peux me permettre de dépenser 100 euros de plus pour mes simples convictions personnelles.

    C'est tout de même difficile quand on a de telles convictions, de vivre à 100% sans être en contradiction avec elles. Je prends ma voiture pour partir en vacances. Je mange de la viande (peu mais quand même). Je regarde d'abord mon portefeuille avant la santé de la planète. J'utilise encore des produits chimiques pour faire le ménage.

    J'essaie d'être intègre avec moi-même et surtout d'être consciente que certains de mes actes ou certaines parties de mon mode de vie ne sont pas très "écolo". Et petit à petit, en faisant ma part, et grâce à ce blog, je corrige tout ce qui est possible d'être changé à mon niveau.

    Donc bientôt, je laverai mon appart' avec du sel, du citron, du vinaigre et du bicarbonate ! (et ça fera probablement l'objet d'un billet de blog ;-))

    livre "du sel, du citron, du vinaigre et du bicarbonate de soude" aux éditions marabout


    2 commentaires
  • Comme beaucoup, je suis très contente de vivre au 21è siècle où la technologie est abondante et nous rend la vie parfois, voire souvent, plus facile.

    Je suis cependant encore très mal informée (et je n'en prends qu'à moi-même) car j'ai appris il y a à peine deux jours grâce à une grande amie que les centrales utilisées par les entreprises nous fournissant toute cette merveilleuse technologie, notamment le fait qu'on puisse tout stocker dans les nuages, sont les principales émettrices de gaz à effet de serre.

    nuages dans le ciel norvégien


    La solution pour agir comme le colibri ? Cliquez sur ce lien, remplissez trois cases, et vous avez envoyé une pétition via Greenpeace à toutes ces entreprises en leur disant "ça suffit" et surtout en donnant des solutions (lisez le message écrit par Greenpeace, les énergies alternatives, ça existe !) (j'ai même lu un article dans terraeco qui parlait d'électricité émise grâce au bourdonnement des insectes !)

    Un clic, une goutte d'eau, deux minutes montre en main, n'hésitez plus !


    1 commentaire
  • ArbreProbablement comme la plupart d'entre vous, je jette toutes les pubs que je reçois dans ma boîte aux lettres sans même y jeter un coup d’œil.

    Il existe donc deux bonnes raisons de prendre le temps d'imprimer un sticker "Pas de publicité svp" que vous pouvez trouver sur le site bonial.fr/environnement.

    La première ? Tout simplement pour arrêter ce tracas quotidien.

    La deuxième, c'est évidemment de faire ce qu'on peut à notre niveau pour sauver des arbres. Trop de papier par foyer ne sert strictement à rien. Aucun d'entre nous ne regarde ces pubs, donc l'effet marketing des entreprises est complètement raté. Je ne sais pas pourquoi les entreprises concernées continuent à travailler ainsi, elles y trouvent probablement leur compte quelque part (je l'espère en tout cas pour notre planète, sinon c'est simplement du pur gâchis !)

     

    Bref, ce qu'il faut retenir d'après le site cité ci-dessus, c'est que nous pourrions économiser 40kg de papier à refuser de recevoir toutes ces pubs dans nos boîte à lettres ! Imaginez le nombre d'arbres que nous pourrions sauver en collant un simple petit sticker...

     

     


    1 commentaire
  • La part du colibri, éditions Bilboquet"La part du colibri" est un album jeunesse qui reprend la légende du colibri, ici petit oiseau bleu qui va chercher autant d'eau qu'il peut pour éteindre le feu qui s'étend à tous les arbres de la forêt. Comme l'oiseau est tout petit, il n'arrive à prendre qu'une goutte à la fois... Les autres animaux trouvent que c'est inutile, mais lui fait sa part...

    La fable est tout en rime et le graphisme très poétique. L'équilibre parfait pour une histoire très courte qu'on peut lire à des tout-petits. La morale est présente et claire sans être lourde.

    Un très beau livre avec une petite histoire dont la portée peut s'avérer très grande. A lire sans modération donc !


    2 commentaires