• En quête de sensNathanaël et Marc sont des amis d'enfance. Ils se retrouvent après s'être perdu de vue pendant 10 ans. Nathanaël vient de filmer un documentaire sur l'accès à l'eau potable en Inde, et Marc travaille en marketing à New York pour une entreprise qui vend de l'eau en bouteille...

    Après avoir vu plusieurs films documentaires prêtés par Nathanaël, Marc a alors une prise de conscience : il fait amplement partie du problème (le problème "zécolo" mais qui englobe tellement de choses qu'on ne peut pas vraiment lui coller juste une étiquette).

    Alors Marc décide de tout quitter et de rejoindre Nathanaël en Inde. A deux, ils vont faire ce film : En quête de sens.

    On pourrait dire : encore un film sur les solutions, les gens qui changent les mondes, les alternatives, les possibilités. Oui, on retrouve des personnes comme Pierre Rabhi ou Vandana Shiva (qu'on a déjà vu notamment dans le film "Demain"). Mais les deux amis ont un cheminement un peu différent...

    En effet, même si ça paraît évident à dire, Marc a rapidement compris qu'avant de changer le monde, il devait d'abord se changer lui-même.

    Alors oui, trier ses poubelles, manger bio, local, faire moins de déchets possible, se procurer une énergie verte, souscrire dans une banque éthique et solidaire... oui, tout ça, on peut tous le faire si on s'en donne les moyens. Mais pour moi, le "sens" de ce film est bien : à quoi ça sert de faire tout ça si on n'est pas bienveillant envers soi et envers les autres ? A quoi ça sert de faire ça si on est agressif les uns envers les autres ?

     

    Photo by Providence Doucet on Unsplash

     

    Et après, tout coule de source : si on est bienveillant envers soi, on l'est envers les autres. Et les autres ça englobe toute la nature. Donc on respecte la nature, les animaux, le cycle de la vie. Et on essaye du coup, de reproduire ce cycle... et c'est alors un cercle vertueux et tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes !

    Oui bon, évidemment là ça fait un peu monde de bisounours, et j'ai déjà eu une discussion envolée avec mon mari sur le sujet parce que ce film parle de "spiritualité". Et que pour certains, la "spiritualité" c'est trop abstrait, trop proche de croyances qui n'aideront en rien...

    Mais en fait moi j'y crois.

    J'ai pratiqué pendant quelques mois la méditation de pleine conscience. Je sais qu'il faut que je reprenne mais je sais aussi que les bienfaits sont toujours là. Je continue à lire beaucoup sur le sujet et je sais que quand je serai prête, je le ferai.

    Et prendre du temps pour de l'introspection (sans faire une psychoanalyse de 30 ans), c'est une manière de se ressourcer formidable. Ça prend un peu de temps mais c'est tout. Et on peut le faire devant un magnifique paysage enneigé, par exemple (cet exemple n'a évidemment aucun rapport avec les conditions climatiques du moment !)

    paysage enneigé

     


    votre commentaire
  • livre "les épluchures" de Marie Cochard aux éditions EyrollesGrâce aux livres "Les épluchures" de Marie Cochard, j'ai décidé, pour la première fois de ma vie, de faire des chips de pomme de terre !

    C'est en effet ultra simple...

     

     

    Des pommes de terre sautées étaient au menu à dejeuner... Nous avons donc bien lavé les pommes de terre avant cuisson et laissé les épluchures de côté.nettoyage des pommes de terre

     

     

    Voici la recette :

    Badigeonner les épluchures d'huile d'olive recto/verso.

    Disposer sur une plaque allant au four.

    Ajouter du sel ou des herbes ou épices de votre choix.

    Enfourner à 200°c pour 15 minutes.

    Et voilà ! 

    nécessaire pour recette

    épluchure avant d'aller au four

    épluchures cuites

    chips finies

    J'avais peur que mon aînée trouve ça moins bon que les chips du commerce eh bien pas du tout !! Elle a trouvé ça excellent...

    Donc finalement je pense qu'on mangera bien plus de chips que d'habitude... à chaque fois qu'on utilisera des pommes de terre pour notre repas ;-)

    Je précise que la feuille de papier sur laquelle sont mises les épluchures se composte, donc c'est vraiment une recette Zéro Déchet ;-)

     

     


    votre commentaire
  • Bonsoir !

    image émission "CO2 Mon amour"Ce soir je partage avec vous une astuce que j'ai appris en écoutant l'émission "CO2 mon amour" qui est diffusée tous les samedis à 14h sur France Inter.

    Déjà je viens de découvrir cette émission (je travaille tous les samedis ou presque...) et je pense la podcaster régulièrement, j'espère pouvoir y apprendre encore de nombreuses choses !

     

    Samedi 13 janvier, l'émission était sur le Zéro Déchet !! Marie Cochard, journaliste et auteure d'un livre sur les épluchures était invitée, entre autres. Et elle a glissé l'astuce suivante :

     

    Photo by Pop & Zebra on Unsplash

     

    prenez l'intérieur de la peau d'une banane (la partie blanche), frottez la sur vos vêtements, canapés, sacs, chaussures en cuir. Essuyez avec un chiffon doux. Et voilà, vous avez lavé/entretenu vos affaires en cuir !

    logo bionatJ'ai voulu essayer tout de suite. J'ai peu de choses en cuir chez moi mais j'ai des chaussons styles sabot que j'ai acheté chez Bionat, un magasin de vêtements et accessoires français, il y a plus de deux ans. Et je compte bien garder ses chaussons encore une dizaine d'années !

    Bref, j'ai tout de suite passé l'intérieur de la peau de banane, et j'ai vu rapidement les quelques tâches qu'il y avaient dessus disparaître ! J'ai essuyé avec une lingette lavable (lingettes qui sont vraiment à multiples utilisations à la maison !) et voilà, mes chaussons sont tout propres !

    Et la peau de banane est ensuite allée au compost :-)


    votre commentaire
  • Le défi "Rien de neuf" en 2018 !

    L'association Zero Waste France a lancé un super défi pour la nouvelle année !

    Ne rien acheter de neuf en 2018 (hormis les produits de premières nécessités, nourriture, soins etc.)

     

    En quoi cela consiste ?

     Comme son nom l'indique, il s'agit de s'engager à une réflexion avant chaque achat : en ai-je vraiment besoin, puis-je l'acquérir d'une autre manière (d'occasion, l'emprunter... ?)

     

    Que faut-il faire ?

     On peut s'inscrire sur le site et on s'engage ainsi à recevoir des astuces par mail une fois par semaine.

    Et c'est tout !

    Oui c'est tout.

    L'idée est surtout d'apprendre à consommer autrement.... Et je me fais une joie de publier cet article la veille du premier jour des soldes... Un jour qui n'a jamais rien voulu dire pour moi !

    Donc quant à moi, je m'engage à venir vous parler ici des mes déboires, astuces et réussites quant à ce défi qui, j'espère, durera vraiment toute l'année !

    Et ça tombe bien car j'ai déjà quelque chose à vous raconter :

    Nous avons besoin de chaussures pour ma fille aînée de  6 ans.

    chaussures d'occasionJ'ai cherché sur le bon coin, j'ai trouvé, je suis allée les chercher et je les ai ramené à la maison ce soir... et je crains qu'elles ne soient trop petites ou juste pas adaptées à son pied...

    Que vais-je faire donc ? Soit je les revends, soit je les donne sur un site de don, à des collègues ou des voisins qui ont des enfants à qui ça pourrait aller, soit à une association...

    Et oui, il y a malheureusement des chances que ça se termine en chaussures neuves... Mais l'idée de départ est la bonne : ne pas foncer tête baissée pour consommer, se poser d'abord des questions, trouver un autre moyen

    Et vous, quelles sont vos astuces ?

    Pensez-vous arriver facilement à faire ce défi ? Si non, pourquoi ?

     


    2 commentaires
  • Pourquoi je ne me maquille pas

    C'est une question que je vois revenir de temps à autres sur les groupes facebook : comment faites-vous pour vous démaquiller en mode ZD ou écolo-responsable ?

    Eh bien pour ma part, j'ai fait un choix drastique mais pas difficile du tout : j'ai complètement arrêtée de me maquiller !

    mascaraEn fait je n'ai jamais été une fille hyper coquette et le maquillage pour moi n'a jamais été quelque chose de sympa. J'ai commencé ma vie professionnelle dans l'hôtellerie et j'ai été obligée de me maquiller. Alors j'y allais soft : du mascara surtout, un peu de rouge à lèvres mais c'est tout.

    Puis après j'ai quitté ce milieu pour travailler en librairie. On ne me demandait rien par rapport au maquillage mais comme j'étais toujours en contact avec le public, je trouvais ça normal de continuer.

    Evidemment, pendant tout ce temps, je ne me maquillais jamais le week end ou les vacances. Il n'y a que pour mon mariage que j'ai fait une exception et c'est ma sœur qui m'a maquillé (elle n'est pas du tout maquilleuse ou esthéticienne, mais contrairement à moi, elle aime bien ça et s'y connait).

     

    bouquet de fleur

    Et puis un jour, alors que j'étais devenu bibliothécaire (donc un métier toujours en contact avec le public), je me suis rendue compte que beaucoup de mes collègues ne se maquillaient pas et qu'en fait, ça ne dérangeait en rien.

    Alors j'ai arrêté. Du jour au lendemain.

    J'ai ainsi automatiquement réduit les déchets dans la salle de bain : plus de coton démaquillant !

    J'ai fait des économies, de temps et d'argent : inutile de courir dans des magasins pour acheter un mascara ou un fard à paupière.

    J'ai appris depuis que la plupart des produits sont faits avec des micro-billes de plastiques qui sont très néfastes pour l'environnement donc ça n'a fait que conforter mon choix !

     

    pollution plastique dans l'océan

     

    Qu'est ce que j'ai fait du maquillage et des accessoires qui me restaient ?

    J'ai gardé le maquillage. On ne sait jamais, un jour pour une grande occasion j'aurai peut-être envie de me maquiller à nouveau. Ou quand mes filles seront un peu plus grandes.

    J'ai gardé le lait démaquillant (il m'en restait très peu ceci dit) et j'ai nettoyé plusieurs fois mes chaussons en cuir avec, et ça marche très bien !

    Il me restait aussi un tout petit peu de coton, qui m'ont servi pour démaquiller ma fille après la fête de Noël du boulot (l'activité maquillage spécial enfant a toujours un succès fou !!!)

     

    Et si je devais me maquiller à nouveau, comment ferais-je pour que ça soit écolo-responsable ?

    J'investirai déjà dans des lingettes lavables (ou je réutiliserais celles que j'avais achetées pour nettoyer les fesses de mon bébé ;-))

    Je chercherai des marques françaises et/ou bio qui sont connues pour leur protection de l'environnement

    Pour l'instant je me vois mal fabriquer moi-même mes cosmétiques maison mais il ne faut jamais dire fontaine !

     


    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires